Rétro

2002 : les Bras Cassés

A la fin d'une soirée un peu trop arrosée de mai 2002, Antoine et Pascal décident qu'ils monteront sur scène lors de la première fête de la musique de Domloup. L'un plâtré et l'autre avec les béquilles, ils forment Les Bras Cassés. Aucune expérience de scène, mais il en faut plus pour effrayer les deux alcooliques : ils embarquent dans leur galère Jean-Marc qui désespère de voir sa batterie rouiller dans un coin, puis Jean-Sé (ami d'enfance de Jean-Marc) qui n'a jamais joué de basse mais qui veut bien essayer...

Jean-Marc est le seul à être déjà monté sur scène (« The last second ») mais peu importe : deux répèts plus tard, ça déchire grave (les oreilles) et on est bien dans l'esprit de la fête de la musique ;-) N'empêche que le groupe est bien là, rapidement rejoint par Isabelle (vieille connaissance de Pascal) et Stéphanie (compagne de Jean-Marc) au chant.

Stéphanie abandonne la cave enfumée des répétitions en 2004 et le groupe continue à cinq jusqu'en 2006, dans un style très éclectique qui va de Jean-Louis Murat à U2.

En 2007 débarque l'éclair Manu (collègue d'Isabelle) et son Saxo, qui sera à l'origine d'une des compositions de Venus de Milo quelques années plus tard (« Manu Ti Punch »). Premier soliste du groupe, Manu amène un bon air de Brooklin chez les Bras Cassés, et donnera le goût de tordre les reprises à la sauce Bras Cassés (Pigalle, Noir Désir, ...).

Manu s'exile en Guadeloupe, et son saxo est rapidement remplacé par la guitare de Bernard (collègue de Jean-Marc). Pendant les deux années qui suivent, le répertoire s'étoffe (Dire Straits, Bruce Springsteen, ...).

Gros coup de mou lors de l'été 2008 : les Bras Cassés s'essoufflent, ils ont fait le tour de qu'ils pouvaient faire et l'envie n'est plus là.

2009 : Venus de Milo

En novembre 2008, après quelques mois de silence, Jean-Sé, Pascal, Jean-Marc et Bernard remettent ça un soir et forment Venus de Milo, avec de nouveaux objectifs : moins de chant, plus de musique, et composition. Le répertoire est renouvelé en quelques mois avec la Knopfler touch de Bernard, la claque bien rock de Jean-Marc, le doigté et les coeurs de Jean-Sébastien Basse et la voix lead de Pascal.

Entre les reprises fleurissent les premières compositions : « Le Doute » puis « Morphée ».

Après un dernier concert magique en 2010, Jean-Sé et Jean-Marc raccrochent la basse et la grosse caisse, laissant Bernard et Pascal sans base rythmique. Aïe !

Quelques petites annonces plus tard, il a fallu une seule répèt à Julien pour convaincre à la basse, mais impossible de trouver un batteur... Entre les essais, c'est Clément (fiston de Bernard) qui s'y colle, et finalement garde les baguettes en 2011 ! Julien navigue entre la basse et le saxo (son premier instrument), notamment sur le troisième composition du groupe, Manu Ti Punch.

Rajeunissement du groupe en 2012 : Joé remplace Clément à la batterie et amène sa touche jazzie sur Morphée et ses accents punk sur « Manager » (si si les deux c'est possible, ce garçon est bizarre), Enora intègre la troupe au clavier et permet de découvrir de nouveaux horizons calmes (Serge Reggiani, Joe Cocker, Murray Head, ...), à l'image de « La mine ».

En 2013, départ de Enora en Pologne, intermèdes de Clément, et virage vers un répertoire beaucoup plus rock (Noir Désir, Luke, No one is innocent, ...) : Venus de Milo accélère le tempo, électrise les guitares et monte les basses...

En 2014, départ de Joé aux états-unis et annulation prévisible de toutes les dates. Heureusement Sandy (collègue de Julien) pointe son nez en mai : la sauce prend immédiatement et comme à l'époque des Bras Cassés, deux répètes et retour sur scène, on y va !

2015 : Joé, de retour, passe au clavier et guitare, Sandy reste à la batterie pour quelques saisons de folie...

2016 : le groupe prend un tournant résolument rock !

2017 : le groupe tourne à plein régime, les concerts dans les bistrots durent des plombes... mais après trois saisons passées avec Venus, Sandy « Amanda » quitte la Bretagne et doit raccrocher les baguettes après une dernière scène mémorable à Domloup.

Venus de Milo 2017

Alors, que sera Venus de Milo en 2018 ?